Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Discussion de comptoir entre amis.

Modérateurs : lionel, Aventout

Avatar de l’utilisateur
thomas.air
Rang 1000+
Rang 1000+
Messages : 1811
Enregistré le : mer. 29 août 2007 09:33

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar thomas.air » dim. 20 août 2017 22:41

cri.cri a écrit :Je considere que le kite surf est au niveau du parachutisme ou du parapente au niveau risque ..


Tu as pratiqué le parachutisme pour affirmer cela ?

J'ai 2800 sauts en 15 ans de pratique et j'attends tes arguments.

En tous cas les mouches ont mal au Q sur ce fil... :roll:

Publicité
Francois 1962
rang 5
rang 5
Messages : 273
Enregistré le : mer. 22 févr. 2017 00:13

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar Francois 1962 » dim. 20 août 2017 22:54

effisk a écrit :
wazagreg a écrit :Ce qui m'a toujours frappé (pas que sur ce forum) c'est la différence sidérante (pour pas dire le fossé monumental) entre le nombre de forumeurs qui se disent "capables de ceci ou capables de cela" sur le papier et le nombre de pratiquants que je vois faire en vrai sur les spots que je fréquente....

... je considère avoir eu beaucoup de chance jusqu'ici (j'en ai eu encore beaucoup cet aprem' en me prenant l'aile d'un débutant à 1 mètre de ma barre dans mes lignes alors que j'étais en plein run en diablo+foil)

...c'est un sport a risques pour les raisons archi évidentes que j'ai déja précisées plus haut, risques que l'on peut minimiser en prenant un maximum de précautions

Circuler en diablo+foil sous le vent et à proximité des débutants, c'est chaud quand même...


Merci, j ai aussi cette impression,
renforcée encore aujourd hui au lac de monteynard, bien rafaleux, aucun debutants pourtant, mais des foils experts ;) qui n ont absolument pas la trajectoire des surfs, tt...
Tu peux te vriller la tete avant de faire un saut ou un changement de bord en tt, lefoil, tu ne le vois pas, tu envoies le jump...' Et tout a coup, il est là a l endroit ou tu vas atterir :o
Si tu mets la dessus des debutants , ce sera la boucherie peut etre...

Ce sont des pratiques du meme sport incompatible pour moi au meme endroit..
Et comme dit un post precedent, avec la multiplication des foils va arriver l accidentologie bien saignante, pas pour le pratiquent forcement, mais pour les autres qui vont se le " mangerle foil :oops:
Il y a deux mois, J ai pris un mat de foil, il a sauté pour m eviter, le foil a continué et a croisé maroute, heureusement sur le bras et le plat du mat, pas son tranchant parce que j avais laché le tt et mis les pieds devant... Un hematome comme jamais pdt 3 semaines... Rien de grave, mais le jour ou se sera le tranchant, mon bras y restera peut etre ?

Mr Spock
Régulier
Régulier
Messages : 123
Enregistré le : dim. 30 mai 2010 07:01

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar Mr Spock » lun. 21 août 2017 06:08

Même impression sur l'imprévisibilité des foils. C'est déjà pas facile d'anticiper leur trajectoire quand tu veux manœuvrer/sauter/surfer mais au milieu d'une concentration de kite comme le chenal le moustique qui "gère" à l'Almanarre est tout à fait incontrôlable.
Suis d'avis que cette (nouvelle) pratique différente (comme pour le windsurf/kite) nécessiterait un "code de bonne conduite".
Bon OK "respect man" ;)

Avatar de l’utilisateur
cri.cri
+ 2000 post !!!
+ 2000 post !!!
Messages : 2663
Enregistré le : dim. 2 oct. 2005 12:49

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar cri.cri » lun. 21 août 2017 07:27

thomas.air a écrit :
cri.cri a écrit :Je considere que le kite surf est au niveau du parachutisme ou du parapente au niveau risque ..


Tu as pratiqué le parachutisme pour affirmer cela ?

J'ai 2800 sauts en 15 ans de pratique et j'attends tes arguments.

En tous cas les mouches ont mal au Q sur ce fil... :roll:


Comme je l'ai dit plus haut : l'apprentissage dans le cadre d'une structure , ( inconvénient du kite , on peut essayer sans tout comme le parapente ) , normalisation du matériel ( on y est pas encore totalement , seulement une norme concernant les largeurs ) préparation et vérification du matériel en amont ( souvent oublié en kite et sources d'incident ) .

Francois 1962
rang 5
rang 5
Messages : 273
Enregistré le : mer. 22 févr. 2017 00:13

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar Francois 1962 » lun. 21 août 2017 09:56

On évoque les accidents, les risques, les dommages, leurs composantes psychologiques et affectives.
Dans les posts précédents, il est surtout fait état de sports à risques, en référence à des notions d’assurance (la RC complémentaire), du nombre, de la gravité ou de la fréquence des accidents. Et de conclure sur la base d’exemple, de « statistiques » très partielles , de vécus et d’expériences personnelles , que le kite est ou n’est pas un sport à risques, que certaines pratiques dans le kite le sont ou pas, sous certaines conditions ou environnements, etc.

Si on parle de la dangerosité du kite, on peut l’examiner, soit du point de vue du pratiquant et des risques qu’il encoure de se blesser ou mourir, soit de l’environnement humain ou non et des risques que le pratiquant leur fait courir (la notion de RC).
Le post est centré sur le pratiquant et sa pratique, donc d’évoquer des problématiques de RC, ou de faire référence à cela quand on parle de la pratique en elle-même, ce n’est pas le débat.

Je trouve curieux qu’en France il n’y ait pas de « classification ou normalisation » des activités sportives dites à risques pour le pratiquant. En tous cas, aucun des posts n’en évoquent.
Je vous mets donc les définitions très exhaustives des normes légales Suisses en la matière, qui sont limpides et qui ont le mérite d’exister (la Suisse étant et restant le pays de l’assurance et de la réassurance !)

Entreprises téméraires et sports dangereux

http://www.suva.ch/fr-ch/prevention/loisirs/entreprises-temeraires-et-sports-dangereux

Certains sports spécialement dangereux s’accompagnent de dangers et de risques particulièrement importants. On parle alors d’entreprises téméraires. Les entreprises téméraires sont celles par lesquelles l’assuré s’expose à un danger particulièrement grave sans prendre ou pouvoir prendre des mesures destinées à ramener celui-ci à des proportions raisonnables.

En cas d’accidents non professionnels dus à une entreprise téméraire, les prestations en espèces sont réduites de moitié (c’est la perte de gain compensée en cas d’arrêt de travail!), voire refusées dans les cas particulièrement graves.

Le sens profond des normes légales citées ci-dessus consiste dans le fait qu'une évaluation des intérêts doit être opérée entre l'intérêt global des assurés (c'est-à-dire des payeurs de primes) et le niveau de protection que présente une entreprise (par ex. une discipline sportive). Le payeur de primes doit être protégé contre les sollicitations difficilement supportables.

On parle d’entreprise téméraire absolue dans les deux cas de figure suivants: lorsqu’une activité s’accompagne de risques qui, indépendamment de la situation concrète, ne peuvent pas être réduits à des proportions raisonnables, ou lorsqu’une activité impliquant des dangers particulièrement graves n’est pas suffisamment digne de protection ou lorsqu’elle peut être considérée comme déraisonnable ou répréhensible.

La liste actuelle des entreprises téméraires absolues en Suisse :

• Compétitions d’auto-cross, courses automobiles de côte, courses automobiles sur circuit, courses de stock-car (y compris l’entraînement); épreuves de vitesse lors d’un rallye automobile; conduite d’une voiture automobile sur circuit (à l’exception des cours de sécurité routière)
• Base jumping
• Compétitions de plein-contact (p. ex. combats de boxe)
• Bris de verre volontaire
• Karaté extrême (destruction de briques, de tuiles ou de planches épaisses avec le tranchant de la main, la tête ou le pied)
• Courses de motocross (y compris l’entraînement sur le circuit)
• Courses de bateau à moteur (y compris l’entraînement)
• Courses de moto, y compris les courses d’entraînement et la conduite d’une moto sur circuit (à l’exception des cours de sécurité routière)
• Compétitions de descente en VTT, y compris l’entraînement sur le circuit de descente (downhill biking)
• Sauts à vélo incluant des figures acrobatiques (tels que saltos, rotations sur son propre axe, ou fait d’enlever les mains du guidon ou les pieds des pédales)
• Compétitions de quad (y compris l’entraînement)
• Descentes en planche à roulettes, pour autant qu’il s’agisse d’une compétition ou d’une course de vitesse
• Courses de motoneige (snow cross), y compris l’entraînement
• Courses de ski (chasse au record de vitesse)
• Speedflying
• Plongée subaquatique à une profondeur excédant 40 m
• Hydrospeed ou riverboogie (descente de rivière à plat ventre sur un flotteur)



Si l’activité est digne de protection et si les risques peuvent être réduits à des proportions raisonnables par la personne la pratiquant, on parle en revanche d’entreprise téméraire relative.
Il convient toutefois de déterminer si, compte tenu des capacités personnelles de l’assuré et du type d’exécution, une réduction des risques aurait été possible et si celle-ci a été négligée ou non.

La liste actuelle et ouverte des entreprises téméraires relatives :

• la varappe, l’escalade ou la pratique de sports de neige en dehors des pistes balisées, au mépris des règles élémentaires (par ex. manque d’expérience, équipement insuffisant, mauvais temps)
• la pratique du parapente ou du deltaplane avec des conditions de vent particulièrement défavorables
• Sont considérées comme entreprises téméraires relatives également d'autres activités exercées sans prendre des mesures destinées à ramener les risques objectifs à des proportions raisonnables.

(fin de citation et reprise du texte)

A aucun moment il n’est fait mention des équipements de sécurité intrinsèques nécessaires à la pratique, à leur maintenance ou vérification avant la pratique. Pour la simple raison qu’un équipement de sécurité doit être opérationnel à 100% et que s’il est défaillant, alors il y a accident, que la pratique soit à risque ou pas.
Par contre, l’équipement insuffisant peut être une cause d’entreprise téméraire relative (casque et combinaison pour le foil, etc ?????)

En Droit d’assurances en Suisse, aucune des pratiques de kite, quel que soit l’environnement ou le support de pratique, ni les conditions de vents (< 20 kn, tempêtes, rafales) ou météo (kitesurf à 0 en hiver) ne sont considérées actuellement comme entreprise téméraire absolue ou relative.
Mais il est certain que si des cas d’accidents devaient se multiplier en relation avec une pratique ou des conditions particulières, alors cela changerait !


Ensuite, si l’on revient à la composante psychologique du notre pratique et des accidents qui font le buzz ou dont se délecte l’opinion, il me semble que c’est peut être le résultat de la fascination et de l’incompréhension de l’homme face à la puissance des éléments naturels.
Et à sa « petitesse » et totale non maîtrise quand la Nature nous rappelle que l’on n’est rien quand elle se manifeste!

Avec le vent, il est aussi possible que son « invisibilité » et la difficulté de vouloir percevoir sa vraie puissance…) augmente encore l’incompréhension face à cette puissance (il faut une grosse tempête pour que cela nous freine en marchant… pourtant à moins, des branches peuvent être arrachées et emportées.

On veut tous croire que le kite sous 20 nœuds n’est pas dangereux, que ce n’est que sous 35 noeuds et surtoilé que l’accident pourrait éventuellement arriver, mais pas à moi aux autres !

Hier sous 15 nœuds et dévente au déco (quasi systématique sur ce spot), il n’a pas largué et voulu récupérer l’aile pleine fenêtre (il connaissait le spot et n’était pas débutant), il a décollé sur 5 m, la tête dans les galets… heureusement que l’aile est tombé. Après cela, il y en a eu au moins 10 qui ont décollé de la même façon, alors qu’ils avaient assisté à la scène. Pour supprimer ce risque, il suffisait juste de décoller l’aile contre l’eau et pas la rive, et donc de se déplacer de 20 mètres…
Ou encore l’aile d’un foil sous 5 noeuds de vent peut sans doute tuer le pratiquant ou le baigneur…

Carving
rang 6
rang 6
Messages : 482
Enregistré le : ven. 30 sept. 2011 12:26

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar Carving » lun. 21 août 2017 11:12

Ah le Monteynard et ses déventes sur les berges !!! ;)

pura-vida
Rang 1000+
Rang 1000+
Messages : 1716
Enregistré le : ven. 29 oct. 2004 23:59

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar pura-vida » lun. 21 août 2017 12:12

Francois 1962 a écrit :
Je trouve curieux qu’en France il n’y ait pas de « classification ou normalisation » des activités sportives dites à risques pour le pratiquant. En tous cas, aucun des posts n’en évoquent.
Je vous mets donc les définitions très exhaustives des normes légales Suisses en la matière, qui sont limpides et qui ont le mérite d’exister (la Suisse étant et restant le pays de l’assurance et de la réassurance !)

Entreprises téméraires et sports dangereux

http://www.suva.ch/fr-ch/prevention/loisirs/entreprises-temeraires-et-sports-dangereux

Certains sports spécialement dangereux s’accompagnent de dangers et de risques particulièrement importants. On parle alors d’entreprises téméraires. Les entreprises téméraires sont celles par lesquelles l’assuré s’expose à un danger particulièrement grave sans prendre ou pouvoir prendre des mesures destinées à ramener celui-ci à des proportions raisonnables.

En cas d’accidents non professionnels dus à une entreprise téméraire, les prestations en espèces sont réduites de moitié (c’est la perte de gain compensée en cas d’arrêt de travail!), voire refusées dans les cas particulièrement graves.

Le sens profond des normes légales citées ci-dessus consiste dans le fait qu'une évaluation des intérêts doit être opérée entre l'intérêt global des assurés (c'est-à-dire des payeurs de primes) et le niveau de protection que présente une entreprise (par ex. une discipline sportive). Le payeur de primes doit être protégé contre les sollicitations difficilement supportables.

On parle d’entreprise téméraire absolue dans les deux cas de figure suivants: lorsqu’une activité s’accompagne de risques qui, indépendamment de la situation concrète, ne peuvent pas être réduits à des proportions raisonnables, ou lorsqu’une activité impliquant des dangers particulièrement graves n’est pas suffisamment digne de protection ou lorsqu’elle peut être considérée comme déraisonnable ou répréhensible.


Si l’activité est digne de protection et si les risques peuvent être réduits à des proportions raisonnables par la personne la pratiquant, on parle en revanche d’entreprise téméraire relative.


En Droit d’assurances en Suisse, aucune des pratiques de kite, quel que soit l’environnement ou le support de pratique, ni les conditions de vents (< 20 kn, tempêtes, rafales) ou météo (kitesurf à 0 en hiver) ne sont considérées actuellement comme entreprise téméraire absolue ou relative.
Mais il est certain que si des cas d’accidents devaient se multiplier en relation avec une pratique ou des conditions particulières, alors cela changerait !
...



J'ai raccourci un chouille, ton texte, et choisi délibérément de garder le coté réglementation, même si les 2 sujets sont très intéressants, simplement par confort de lecture, les citations trop longues étant parfois contre-productive.

Mais sache Francois1962 que j'adhère à 100% à tes propos. d'ailleurs je ne vois pas comment il serait possible de dénigrer une telle logique.

Les entreprises téméraires ne devraient pas être les seuls sujets sur lesquels nous pourrions nous inspirer du modèle Helvétique, mais là on serait vraiment hors propos.

Avatar de l’utilisateur
mike28
Rang 1000+
Rang 1000+
Messages : 1559
Enregistré le : sam. 11 févr. 2006 16:44

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar mike28 » lun. 21 août 2017 12:30

Mr Spock a écrit :Même impression sur l'imprévisibilité des foils. C'est déjà pas facile d'anticiper leur trajectoire quand tu veux manœuvrer/sauter/surfer mais au milieu d'une concentration de kite comme le chenal le moustique qui "gère" à l'Almanarre est tout à fait incontrôlable.
Suis d'avis que cette (nouvelle) pratique différente (comme pour le windsurf/kite) nécessiterait un "code de bonne conduite".
Bon OK "respect man" ;)



Tiens ça me fait penser à hier ou sur le spot "freestyle" en me rehookant je vois un mec foncer pleine balle vers moi en quasi uwind complet ! :shock:
La cata, ces gens naviguent sur des routes perpendiculaires aux "notres"! :lol: (s eloigne de la plage en full downwind et reviennent dans l autre sens).

Sans compter que le foil dans 8 noeuds c 'est fini....maintenant ils couvrent presque toutes les conditions !

Avatar de l’utilisateur
mike28
Rang 1000+
Rang 1000+
Messages : 1559
Enregistré le : sam. 11 févr. 2006 16:44

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar mike28 » lun. 21 août 2017 12:32

mike28 a écrit :
Mr Spock a écrit :Même impression sur l'imprévisibilité des foils. C'est déjà pas facile d'anticiper leur trajectoire quand tu veux manœuvrer/sauter/surfer mais au milieu d'une concentration de kite comme le chenal le moustique qui "gère" à l'Almanarre est tout à fait incontrôlable.
Suis d'avis que cette (nouvelle) pratique différente (comme pour le windsurf/kite) nécessiterait un "code de bonne conduite".
Bon OK "respect man" ;)



Tiens ça me fait penser à hier ou sur le spot "freestyle" en me rehookant je vois un mec foncer pleine balle vers moi en quasi uwind complet ! :shock:
La cata, ces gens naviguent sur des routes perpendiculaires aux "notres"! :lol: (s eloigne de la plage en full downwind et reviennent dans l autre sens).

Sans compter que le foil dans 8 noeuds c 'est fini....maintenant ils couvrent presque toutes les conditions !


J 'en profite au passage pour dire que quand t es dans une mare aux canards pour envoyer du freestyle quel est l 'interet de venir faire CH... avec des Surfs a djiber comme des C....sans jamais rien regarder et je ne sais pourquoi à se croire prioritaire ! ?

Avatar de l’utilisateur
cri.cri
+ 2000 post !!!
+ 2000 post !!!
Messages : 2663
Enregistré le : dim. 2 oct. 2005 12:49

Re: Kitesurf : moins risqué qu'on ne le croit ???

Messagepar cri.cri » lun. 21 août 2017 12:41

Chaque incident que j'ai vu ou vécu ma fait progresser dans le domaine de la sécurité

Comme le dit François , décollage systématiquement aile côté eau quand c'est possible .

Vérification lors de l'achat d'une barre neuve de la longueur des lignes .

Navigation avec un coupé ligne sécurisé et vérifier.

Hookage uniquement après la vérification visuel du non croisement des lignes de l'aile , je met avant que l'assistant la prenne en main le leash .

Tout cela fait suite à des incident qui aurait pu être ou on été dramatique :
Achat d'une barre neuve dont les arrières étaient 20 cm plus court que les avants , aile qui échappe des mains de l'assistant ( j'en ai même un qui me la lancé pleine fenêtre alors que je venais de me hooker.....) pratiquant saussisonné dans leurs lignes sans coupe ligne et qui se noie ( rappeler vous les 2 pratiquants l'année dernière se sont noyer comme cela au bord de plage à Tarifa en traversant un bras de mer en portant leurs ailes à la main )


Retourner vers « Le bar »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Noemiefl et 14 invités